Je pleurs le corps marqué

 

Je pleur les yeux limpides

qui regardèrent le noir

 

Je pleurs les mains

qui sortent les griffes

 

Je pleur la haine

enfermée dans l’armoire

 

Je pleurs le pain

qui n’arrive pas a la bouche

 

Je pleurs le vieil

oubli dans la chambre

 

Je pleur la vente

des rondeurs légers

 

Je pleur la paume qui demande

et la paume dans la poche

 

Et aussi, je me pleurs moi-même

                                               

                                                ©Safe Creative